Archives pour la catégorie Non classé

Lev Meï (1814-1841)

Lev Meï est né à Moscou en 1822 d’un père officier allemand blessé lors de la bataille de Borodino et d’une mère russe. Il achève ses études en 1841 et occupe pendant dix ans un emploi auprès du gouverneur de la ville. En 1853, il s’installe à Saint-Pétersbourg pour se consacrer intégralement à ses activités littéraires. Alcoolique, il meurt à l’âge de quarante ans. Il est l’auteur de nombreuses poésies, de pièces de théâtre ; il a aussi traduit de nombreuses œuvres du grec, de l’anglais, du français, de l’allemand et du polonais.

Ses livres:

La Roussalka, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Mikhaïl Lermontov (1814-1841)

Mikhail_lermontovNé en 1814 à Moscou, Mikhaïl Lermontov étudie à l’université de la capitale jusqu’en 1832, date à laquelle il rejoint l’école des Cadets de Saint-Pétersbourg. Pour avoir osé s’adresser au tsar, avec un poème, suite à la mort de Pouchkine, Lermontov est envoyé en garnison au Caucase. Bien qu’étant autorisé à rentrer, six mois plus tard, il doit y retourner à la suite d’un duel. Et c’est au cours d’un ultime duel, en 1841, qu’il décède à l’âge de vingt-sept ans, laissant derrière lui de nombreux poèmes, mais aussi des pièces de théâtre et quelques œuvres en prose.

Ses livres:

Le Démon, conte oriental, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Vladimir Khassidovitch (1885-1962)

Né en 1885 à Kislovodsk, Vladimir Khassidovitch a passé toute la première moitié de sa vie dans l’armée. Il a notamment participé à la guerre russo-japonaise de 1904-1905 et en a ramené une petite série de récits qui ont été publiés dans la foulée. Il quitte la Russie en 1921 et, après quelques années à Paris, il s’installe avec sa famille en Californie, où, en 1943, il adopte le nom de jeune fille de sa femme, Tumanov. Il décède en 1962.

Ses livres:

Le Bivouac hanté, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Nicolas Gogol (1809-1852)

Nicolas Gogol, né à Sorotchintsy (Ukraine) en 1809, dans une ancienne famille de cosaques, monte rapidement à Saint-Pétersbourg, où il trouve un petit emploi dans un ministère, et fait publier une première œuvre sous pseudonyme qui sera éreintée par la critique. Ce n’est qu’à partir de 1831 que, encouragé par Pouchkine, il rencontre ses premiers succès en publiant des nouvelles inspirées du folklore de l’Ukraine. Il publiera par la suite des romans, des pièces de théâtre, avant de s’exiler volontairement en Europe. Il sombre dans le mysticisme à partir de 1842, et en 1852, à Moscou, il brûle le manuscrit de la seconde partie de ses Âmes mortes. Il meurt peu de temps après, aussi bien de sa propre volonté de ne plus se nourrir, que de la violence des soins médicaux.

Ses livres:

Viï, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Fedor Dostoïevski (1801-1872)

Né en 1821 à Moscou, fils d’un médecin militaire fraîchement anobli, Fedor Dostoïevski suit une formation auprès d’une école d’ingénieurs militaires, avant de devenir dessinateur de plans pour le Génie à Saint-Pétersbourg. Il publie son premier roman en 1844. Il fréquente ensuite le cercle fouriériste de Petrachevski, ce qui lui vaut d’être arrêté et condamné à mort. Après un simulacre d’exécution en 1849, il est envoyé en Sibérie. Il quitte le bagne en 1854 et devient simple soldat. Sa carrière littéraire redémarre en 1857, avec le succès que l’on sait. Il meurt d’une hémorragie à Saint-Pétersbourg en 1881.

Ses livres:

Bobok, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Vladimir Dahl (1801-1872)

Vladimir Dahl est le grand lexicographe de la langue russe classique. Né en 1801 à Lougansk (Ukraine), d’un père d’origine danoise, il fait d’abord des études de médecine, et se fait connaître en publiant des contes populaires merveilleux. Il est surtout connu pour être l’auteur du Dictionnaire raisonné du russe vivant, qui est pour le russe l’équivalent de notre Littré. Il a aussi fourni un grand nombre de contes à Alexandre Afanassiev, qui les a incorporés à son propre recueil. Il meurt en 1872 à Moscou.

Ses livres:

Vampire, une légende ukrainienne, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Taras Chevtchenko (1814-1861)

ChevtchenkoNé en 1814 dans la région de Kiev et mort en 1861 à Saint-Pétersbourg, Taras Chevtchenko est le premier grand poète de l’Ukraine. Né dans une famille de serfs, orphelin à douze ans, il devient serviteur auprès d’une famille noble qui l’emmène à Vilnius, où l’on découvre plus tard son talent de peintre. En 1838 il rencontre le peintre Karl Brioullov, qui le rachète et lui rend sa liberté. C’est en 1840 que, devenu étudiant à Saint-Pétersbourg, il publie son premier recueil de poésies. Associé à la confrérie secrète Cyrille et Méthode, il est arrêté et emprisonné. Il n’est libéré qu’en 1857, mais on lui interdit de s’installer en Ukraine.

Ses livres:

La Roussalka, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Pierre Botkine (1865-1933)

Pierre Botkine, de son nom russe Petr Sergueievitch Botkine (1865-1933), était un diplomate dont la carrière l’a amené à Washington, Sofia, Lisbonne, Londres puis au Maroc. Il devient conseiller d’État en 1908. Son frère est médecin de Nicolas II et sera assassiné avec la famille impériale. Après la Révolution, il s’exile d’abord en France puis en Suisse. Il publie alors deux ouvrages, l’un en français, Des Morts sans tombe (1921, Paris, Louis Conard), l’autre en russe, Scènes de la vie diplomatique (Kartinki diplomatičeskoj žizni, 1930, Paris, E. Siyalski), ainsi qu’une vingtaine d’articles. Le Mauvais rêve d’un diplomate est à notre connaissance sa seule nouvelle.

Ses livres:

Le Mauvais rêve d’un diplomate, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Alexeï Apoukhtine (1840-1893)

Alexeï Apoukhtine est né à Bolkhov dans le gouvernement d’Orel en 1840. Lors de ses études de droit à Saint-Pétersbourg, il se lie d’amitié avec le compositeur Piotr Tchaïkovski. Employé par la suite au ministère de la Justice, il mène en parallèle une carrière de poète. Il se retire à Orlov en 1862, avant de revenir à Saint-Pétersbourg, cette fois-ci comme employé au ministère de l’Intérieur. Beaucoup de ses œuvres n’ont été éditée qu’après sa mort, survenue en 1893.

Ses livres:

Entre la vie et la mort, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien

Leonid Andreiev (1871-1919)

Né à Oriol en 1871, Leonid Andreiev a d’abord été avocat, puis chroniqueur judiciaire, avant de devenir écrivain, auteur de nombreuses nouvelles et pièces de théâtre. Rédacteur en chef en 1916 du journal La Volonté russe, il accueille la révolution de Février 1917 avec bienveillance, mais, comme son collègue Amfiteatrov, il fuit les Bolcheviks et passe en Finlande fin 1917. Il y décède d’une crise cardiaque en 1919, alors qu’il vivait dans une extrême pauvreté.

Ses livres:

La Serpente, ou comment le venin vint aux reptiles, dans La Grande anthologie du fantastique russe et ukrainien