Tous les articles par Patrice

Arkadi Avertchenko (1881-1925)

Écrivain originaire de Sébastopol en Crimée, Arkadi Avertchenko fut l’un des grands satiristes russes de la première moitié du XXe siècle. Il fonda en 1908 le journal Satirikon, interdit en 1918, puis il émigra, d’abord à Paris et enfin à Prague .

Ses livres:

 

La Galoche perdu de Dobbles, dans Sherlock Holmes et l’Empire russe.

P. Nikitine

P. Nikitine est sans doute un autre pseudonyme, avec P. Orlovets, de Peter Doudorov, qui fut un écrivain et journaliste populaire ayant contribué, avant la Première Guerre mondiale, à l’essor de la littérature policière en Russie en publiant de nombreux fascicules consacrés aux aventures de détectives: Nick Carter, Nat Pinkerton, Karl Freiberg, et Sherlock Holmes.

Ses livres:

La Maison mystérieuse, dans Sherlock Holmes et l’Empire russe

Sherlock Holmes et l’Empire russe

Textes choisis et traduits par Viktoriya et Patrice Lajoye

ISBN: 979-10-94441-43-5

220 p., grand format, 19€

Entre 1905 et 1920, une véritable folie s’empare de la Russie. Au cœur de celle-ci ? Le célèbre détective anglais Sherlock Holmes. Bien sûr, on traduit l’œuvre de Conan Doyle. On traduit aussi quelques pastiches. Mais très vite, des auteurs russes vont s’emparer du sujet. Ce sont ainsi des dizaines de nouvelles, de pièces de théâtre, et même un opéra, qui vont être créés à Moscou, à Saint-Pétersbourg et dans les grandes villes de province.
Sherlock Holmes et l’Empire russe a pour ambition de donner un échantillon représentatif de ce qui a été produit en Russie autour de Sherlock Holmes durant cette période. On y trouve donc des enquêtes “sérieuses”, mais aussi des parodies, écrites par certains des satiristes russes les plus célèbres de l’époque. Le sommaire se clôt par une unique nouvelle traduite de l’anglais.
Faisant suite à Sherlock Holmes en Sibérie, ce volume montre toute la vitalité d’une littérature populaire alors naissante.
Au sommaire:

  • Introduction
  • Sherlock Holmes à Saint-Pétersbourg
  • P. Orlovets, Un Vol pendant l’office mortuaire de l’évêque
  • P. Nikitine, La Maison mystérieuse
  • Sherlock Holmes à Odessa
  • L’Affaire du journal La Flammèche et Sherlock Holmes
  • K. V. N., Sherlock Holmes en Russie
  • Arkadi Avertchenko, La Galoche perdue de Dobbles
  • Arkadi Boukhov, La Fin de Sherlock Holmes
  • Sergueï Solomine, La Fin de Sherlock Holmes
  • Maurice Baring, Sherlock Holmes en Russie

Pour commander ce livre, cliquez ici…

 

Arkadi et Boris Strougatski

Destin boiteux

Felix Sorokine est un écrivain soviétique aigri.
Depuis toujours, il rêve de publier de la science-fiction, mais il se voit contraint de travailler à des romans réalistes. Alors, le soir, il revient à un vieux manuscrit, l’histoire de…

… Viktor Banev, qui est un écrivain d’un pays fasciste.
Il rêve de publier autre chose que des récits de guerre, mais il est en exil dans une ville de province,
où il pleut sans cesse, et où les enfants développent d’étonnantes facultés.

Écrit entre 1968 et 1982, mais publié seulement en 1989, Destin boiteux d’Arkadi et Boris Strougatski (Stalker, Il est difficile d’être un dieu), a fait l’effet d’une bombe au sein de la littérature russe, en abordant le thème difficile de l’écriture en contexte totalitaire. Déjà traduit en six langues, il a connu en Russie même pas moins de 23 éditions, et il s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires.

Traduit du russe par Viktoriya et Patrice Lajoye

ISBN: 979-10-94441-40-4

382 p., grand format, 25€

Arkadi Strougatski (1925-1991)

Arkadi Strougatski est, avec son frère Boris, l’un des grands maîtres de la littérature russe contemporaine, au sein de laquelle son influence est considérable. Il est l’auteur de chef-d’œuvres tels que Stalker ou Il est difficile d’être un dieu.

Ses livres:

Destin boiteux

 

Kobo et sa notion particulière du domaine public

Chers lecteurs et amis,

Nous avons annoncé il y a quelques jours la publication en numérique du court roman d’Ilya Salov, Le Crocodile de Gratchevka. Pour cela, nous l’avons confié aux plateformes de vente sur lesquelles nous sommes habituellement présents, et notamment Kobo.

Malheureusement, Kobo a refusé ce titre, pour le motif suivant :

>Contenu inaproprié* (contient des images/du texte issu(s) d’œuvres appartenant au domaine public)<

Or ce texte a reçu le même traitement que toutes nos publications : la traduction ancienne a été révisée sur le texte original russe, ce qui nous a fait corriger nombre d’erreurs, nous avons de plus ajouté une courte préface, pour présenter brièvement l’auteur et son œuvre. Il va de soi que du fait de ce travail, notre version du texte ne relève plus du tout du domaine public.

Nous avons contesté cette décision et la personne qui nous a répondu a exigé que nous fournissions un contrat prouvant que nous avons fait ce travail. Il aurait donc fallu que nous établissions un contrat… pour nous-même. Ce qui est bien évidemment totalement absurde.

Mais il y a mieux : dans la foulée, Kobo a retiré tous nos titres de la vente. Tous, y compris ceux qui n’étaient certainement pas libres de droits, et qui n’ont jamais relevé du domaine public, autrement dit, toutes les traductions que nous avons faites nous-mêmes, ou faites faire. Et ce pour le même motif:

>Contenu inaproprié (contient des images/du texte issu(s) d’œuvres appartenant au domaine public)<

Ce procédé pour le moins cavalier est une honte. Mais nous en retenons la leçon : amis lecteurs, collègues éditeurs : FUYEZ KOBO.

Quant à nous, nous allons mettre rapidement à jour notre site pour y supprimer toute mention de cette plateforme.

* Vous noterez au passage que cette plateforme de vente de livres est incapable d’orthographier « inapproprié » correctement.

EDIT du 13 juillet 2018: Kobo fait finalement marche arrière, et concède que nous avons bien tous les droits sur nos titres. Ceci-dit seront à nouveau publié sur leur plateforme sous peu.  

Ilya Salov

Le Crocodile de Gratchevka

Traduction anonyme

ISBN: 979-10-94441-39-8

120 p., grand format, 14€

Édition numérique: 2,99€. Disponible sur Amazon Kindle et Lulu.com

On l’a vu, près de Gratchevka, paisible village du fin fond de la Russie. Il paraît qu’il a tiré plusieurs personnes dans l’eau. Il est énorme, il a les yeux rouges qui brillent la nuit… Mais quoi donc? Un crocodile! Du moins l’instituteur en est-il persuadé. Avec Le Crocodile de Gratchevka, Ilya Salov offre une douce satire d’une petite communauté villageoise, en n’épargnant personne, de l’instituteur à la vieille barinia, en passant par le pope.

Pour commander ce livre, cliquez ici…

Ilya Salov (1834-1902)

Ilya Alexandrovitch Salov est né à Penza, dans le sud de la Russie. Sa famille ayant été ruinée par l’incendie de son domaine, il monte très jeune à Moscou pour chercher du travail. Il entre alors au service du gouverneur Ivan Kapnist, tout en entamant une carrière littéraire, carrière qu’il suivra jusqu’à sa mort. Il a publié de nombreuses nouvelles, des romans, ainsi que quelques pièces de théâtre.

Ses livres:

 

Le Crocodile de Gratchevka

Archéologie holmésienne

Nous l’avons annoncé sur Facebook il y a déjà quelques temps: nous publierons bien un deuxième volume d’histoires consacrées à Sherlock Holmes en Russie.

Holmes 2

Il faut dire que le travail sur l’introduction de Sherlock Holmes en Sibérie, par P. Orlovets, nous avait laissés un peu frustrés, car nous n’avions fait alors qu’effleurer un sujet autrement plus riche qu’il n’en a l’air. Nous nous sommes donc replongés dans les études consacrées au sujet, mais aussi à l’épluchage des catalogues des bibliothèques publiques, à la recherche du texte rare voire non réédité.

C’est un peu l’histoire d’un passion, d’une extraordinaire mode qui a surgi dans l’Empire russe à partir de 1906, pour un personnage, pourtant étranger, britannique, mais qui est devenu par la force des choses une sorte de héros national, puisqu’en enquête en Russie, il dénonce souvent les travers de ce pays. Cela se sentait déjà dans Sherlock Holmes en Sibérie, quand notre héros disait à un policier local que ce qu’il faudrait, c’est un « régime parlementaire ».

À partir de 1906, donc, ce sont des dizaines de pièces de théâtres qui sont jouées à travers tout le pays, de la partie européenne au fin fond de la Sibérie. Ce sont aussi des nouvelles, dans des revues, des fascicules, vendus par dizaines de milliers d’exemplaires, et des romans.

Theatre-and-art-1906-09-17-p581-sherlock-holmes-glagolin-stage

Nous nous sommes attachés à nous en procurer le plus possible. Nous avons écumés les sommaires des revues populaires, comme La Flammèche (Ogonek), qui en 1908  a publié une sorte de feuilleton sur une visite improbable du détective à Saint-Pétersbourg, à la suite d’un échange de télégrammes entre la rédaction et Sherlock Holmes.

Огонек 1908-24_Page_03

Nous avons fait des demandes reproduction de fascicules conservés par la Bibliothèque nationale de Russie, comme celui-ci, Les Trois émeraudes de la comtesse V. D., de N. Mikhaïlovitch, qui voit s’affronter Sherlock Holmes et Arsène Lupin à Saint-Pétersbourg. Nous seront les premiers depuis 1911 à éditer ce texte.

Trois diamants

Nous faisons face aussi parfois à des désillusions, notamment quand nous nous sommes mis à la recherche du dernier cycle d’histoires holmésiennes publié par P. Orlovets, et qui montrait la lutte entre le détective et la fameuse aventurière Sonka à la Main d’Or. Nous savions que ce volume avait été censuré et pilonné dès sa parution. Mais nous en avions repéré un exemplaire dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de Russie. Nous en avons demandé une reproduction numérique. Hélas, l’exemplaire est perdu depuis au moins 1948. Voilà donc un livre, pourtant édité au XXe siècle, dont il ne subsiste plus rien que le titre…

Mais qu’y aura-t-il donc, finalement, dans ce nouveau volume? Bien entendu, une introduction historique, bien plus développée que celle de Sherlock Holmes en Sibérie. Mais on y trouvera aussi un texte anonyme, Sherlock Holmes à Saint-Pétersbourg, au moins une des aventures publiées sous le nom de P. Nikitine, un récit d’Orlovets appartenant au cycle de Sherlock Holmes contre Nat Pinkerton en Russie, un des récits anonymes publiés par La Flammèche (Sherlock Holmes à Odessa), Les Trois émeraudes de la comtesse V. D. de Mikhaïlovitch, et enfin trois parodies: La Galoche perdue de Dobbles, du satiriste Arkadi Avertchenko, et deux Fin de Sherlock Holmes, l’une par Arkadi Boukhov et l’autre par Sergueï Solomine (que nous avons déjà publiée sur notre blog). Et le tout sera aussi richement illustré que possible.

Quand cela sera-t-il disponible? Nous ne savons pas. Nous sommes des artisans, nous travaillons à notre rythme, sans planification. Mais le livre sera assurément prêt bien avant la fin de l’année. La moitié des textes est déjà traduite. Nous ouvrirons de toute façon les précommandes plusieurs mois à l’avance.